Les dernières vacances (Roger Leenhardt, 1948)

c’est devenu un lieu commun que de dire d’un film qui nous a touché « c’est un des plus beaux films jamais tournés sur l’enfance ». Pourtant, ce qui frappe dans le film de Roger Leenhardt, c’est bien, outre les personnages apparemment vus et revus (campés par d’excellents inconnus) qui trouvent leur vérité au fil d’une narration aussi fine qu’évocatrice, la justesse de la suggestion du difficile mais inéluctable passage à l’âge adulte et le charme nostalgique de l’évanescente évocation du vert paradis des amours enfantines.

Un chef d’oeuvre véritablement à part dans le cinéma français, à la singularité profonde mais non-apparente.

Publicités

10 commentaires sur “Les dernières vacances (Roger Leenhardt, 1948)

  1. Cela a beaucoup vieilli et la dernière phrase est du prêchi-prêcha facile .Cela a inspiré Brialy pour son joli « Eglantine ». Les amours de jeunes friqués annoncent toute la collection des Rohmer qui en sont une conséquence heureuse ou non selon à qui on s’adresse.

  2. ha non, je ne peux pas vous laisser dire ça.
    je ne vois pas ce que la -superbe- dernière phrase, quelque chose comme « Va, Jacques. Les professeurs et les parents n’enseignent pas le métier d’homme. Il faut que disparaissent les maisons trop vieilles et les trop jeunes amours. On apprend seul à bâtir, à aimer, à vivre » a de prêchi-prêcha. elle ne prêche rien.
    le parallèle avec Rohmer est assez bien vu sinon. c’est un cinéma français classique, lettré, romanesque assez XVIIIème siècle. mais la nostalgie qui irrigue Les dernières vacances n’a rien de rohmérien. A ma connaissance, Rohmer ne s’est jamais intéressé à l’enfance ou à l’adolescence en tant que tel.
    Bazin a écrit une excellente critique de Les dernières vacances dans le numéro 14 de La revue du cinéma. revue dans laquelle écrivait aussi Rohmer…

  3. Chacun peut voir les choses comme il le veut.Je trouve cette dernière phrase bateau et fausse car dans la vie sans parents on est comme un arbre sans racines.C’est mon opinion et cela n’engage que moi!

  4. Bonjour, je n’ai toujours pas vu ce film, « l’un des plus beaux films tournés sur l’enfance »…! Je suis particulièrement sensible à cette thématique pourtant et j’aimerais connaître ceux qui vous ont le plus touché sachant que j’ai pu, pour ma part, grandement apprécier non seulement des films d’aventures comme « Cyclone à la Jamaïque » ou « Moonfleet » bien sûr mais aussi en particulier une veine fantastique qui englobe des films comme « Paperhouse », « Chaque soir à 9 heures », « L’Esprit de la ruche »… ou un film comme « L’enfant-miroir » que je viens de découvrir et que vous ne semblez pas apprécier particulièrement…

    • Il était une fois en Amérique
      Il faut marier papa
      Il giovedi
      L’incompris, Eugenio, La finestra sul Luna Park
      Chaque soir à neuf heures
      La nuit du chasseur
      Moonfleet
      L’argent de poche
      Ponnette
      La maternelle (1933)
      Visages d’enfant
      Les enfants du nid d’abeilles
      A l’approche de l’automne
      Les enfants dans le vent
      Déménagement
      Mercredi, folle journée
      Merlusse

      + La maison des bois

      • Un grand merci pour votre liste: les films que vous mettez en avant sont en effet précieux! Je ne les ai pas tous vus (« La Maternelle » par exemple) mais j’aime aussi particulièrement entre autres « L’Incompris » et « La Nuit du chasseur »; les Truffaut, Doillon et Pagnol… évidemment!
        Par ailleurs je suis vraiment impatient de découvrir ce cinéaste aussi méconnu, Shinji Somai, réalisateur de « Déménagement »… Le choix du film de Pialat est judicieux ainsi que celui de Leone auquel je n’aurais pas immédiatement pensé pour une telle thématique!

  5. J’ai enfin regardé le chef-d’œuvre de Feyder « Visages d’enfants », assurément un chef-d’œuvre du cinéma muet oui, un chef-d’œuvre du cinéma sur l’enfance… Si vous pouviez en faire une critique, je crois qu’elle serait à la hauteur de cette merveille!
    Merci encore pour cette liste… et toutes vos critiques!!!

    • bonjour amateur, merci. Content que vous ayez aimé ce très beau film que j’ai vu il y malheureusement plus de dix ans.Le souvenir est beau mais pas suffisamment précis pour que j’en fasse une « critique ». Pour une fois,la sobriété de Feyder avait fait merveille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s