Les implacables (The tall men, Raoul Walsh, 1955)

Un film majestueux sur tous les plans.
D’une part, le Cinémascope magnifie cette histoire de convoyage de boeufs. Si les images n’atteignent pas la sublime tranquillité qui caractérise le chef d’oeuvre du genre qu’est La rivière rouge, elles impressionnent par leur ampleur, par le nombre exceptionnel de bêtes et de figurants à l’écran. Raoul Walsh est un maître et, soutenu par la musique inspirée de Victor Young, il s’y entend à merveille pour faire partager au spectateur les sensations de gigantisme et de plenitude que peuvent inspirer cette aventure. Et puis quoi de plus majestueux dans un western qu’une traversée d’un fleuve par un troupeau de bétail ? Qu’elle soit filmée par Hawks, Walsh ou Tartempion, c’est toujours un immense plaisir pour l’amateur.
D’autre part, après une longue exposition, le récit dévoile sa richesse et les relations entre les quatre protagonistes de l’histoire s’avèrent passionnantes. Car ce sont bien elles le centre du film. L’action est là pour donner lieu à des séquences hyper-spectaculaires mais aussi pour révéler la nature des personnages. Les implacables est encore une histoire d’aspirations contradictoires. Jane Russell y incarne une femme comparable à celle qu’elle jouera l’année suivante dans Bungalow pour femmes, une femme partagée entre un Texan simple et viril et un nordiste riche et ambitieux. Ses chansons qui expriment ses sentiments sont d’ailleurs une des belles idées de ce western profondément romanesque. Et heureusement, les deux héros masculins ne se réduisent pas à ces archétypes et la relation teintée de respect qui se noue entre eux est un des aspects les plus intéressants de l’histoire. Clark Gable et Robert Ryan donnent une réelle épaisseur à leur rôle. Certaines scènes -telle celle qui oppose les deux frères- ont un réel souffle tragique.
Les implacables est donc un western grandiose, un des trois ou quatre meilleurs parmi ceux signés par Raoul Walsh.

Advertisements

Un commentaire sur “Les implacables (The tall men, Raoul Walsh, 1955)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s