Don’t Knock the Rock (Fred F.Sears, 1957) et Go, Johnny, Go! (Paul Landres, 1959)

A l’âge d’or du rock&roll, Elvis n’a pas été la seule star à être récupérée par Hollywood. Ainsi de ces deux films oubliés aujourd’hui dont le seul intérêt réside dans la large place accordée aux numéros musicaux. Les histoires sont ineptes, les acteurs nuls (Alan Freed, disc-jockey et promoteur mythique mais piètre comédien joue dans les deux), les réalisations dénuées du moindre style. Ce sont des produits commerciaux pour ados dénués du moindre esprit de subversion (ça se finit toujours par une communion générale par le twist) en même temps que de la moindre ambition cinématographique (ce qui n’est pas le cas par exemple des films rock de Richard Lester tournés en Angleterre dans les années 60). Reste l’évocation désuète d’une époque révolue et surtout, surtout la musique. Une très large place est accordée dans chacun de ces films non seulement aux chansons des vedettes mais aussi à d’autre chanteurs qui jouent les seconds couteux pour l’occasion. Outre Alan Dale et Chuck Berry, Bill Haley and his Comets, Little Richards, The Treniers, The Cadillacs, Ritchie Valens, Eddie Cochran et bien d’autre jouent dans l’un ou l’autre de ces deux films musicaux. Ce qui, même si la musique n’est pas jouée live, devrait régaler les amateurs.

Advertisements

Un commentaire sur “Don’t Knock the Rock (Fred F.Sears, 1957) et Go, Johnny, Go! (Paul Landres, 1959)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s