La parole donnée (Anselmo Duarte, 1964)

Palme d’or en son temps. Une des hontes du Festival de Cannes. Le faux bon film par excellence. Le propos est prétentieux (cette fin !!) mais le film est fait de personnages et de situations qui n’évoluent jamais au delà de leurs stéréotypes. Mise en scène académique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.