Dernier atout (Jacques Becker, 1942)

Dans une ville imaginaire d’Amérique du Sud, un homme est abattu. On charge deux élèves inspecteurs d’élucider cet assassinat afin de les départager d’un concours de tir.

C’est le début d’une intrigue rocambolesque assez peu intéressante. Il n’y a pas beaucoup d’action, pas mal de dialogues mais Raymond Rouleau a une certaine classe, la mise en scène est élégante et la narration rapide. On sent la naissance d’un styliste derrière un film qui reste malgré tout convenu et plutôt ennuyeux.

Un commentaire sur “Dernier atout (Jacques Becker, 1942)

  1. dans un pays imaginaire pourquoi? On ne peut pas dire que ça annonce ls grandes oeuvres à venir!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.