Justice sauvage (Walking tall, Phil Karlson, 1973)

Un shérif du Tennessee entreprend d’en finir avec la mafia qui gangrène le comté dans lequel il vient d’être élu. C’est le début d’une véritable guerre.

Basé sur l’extraordinaire histoire de Buford Pusser à côté de qui ce bon vieux Paul Kersey fait figure de militant d’Amnesty International, Justice sauvage est un polar pour le moins brutal. Le film est trop long, la peinture sociale est très grossière (les méchants se réduisent à leur méchanceté), la progression dramatique quasi-absente, son principal intéret réside dans le traitement de la violence. C’est à la limite de la complaisance mais en filmant les dures conséquences physiques et morales du combat de son héros, un des héros les plus violentés de l’histoire du cinéma, un héros pas très sympa, Phil Karlson évite le piège de la bête apologie du justicier tout en rendant hommage à son combat. Dommage que le film soit si mal raconté donc franchement ennuyeux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s