Harold et Maude (Hal Ashby, 1972)

L’histoire d’amour improbable entre un asocial de 20 ans et une petite dame de 80 ans.

Hal Ashby est-il vraiment un cinéaste sous-estimé ou est-il tout simplement un réalisateur d’importance secondaire ? Son film le plus célèbre, Harold et Maude, est en tout cas loin d’être à la hauteur des oeuvres majeures du cinéma américain des années 70. Charriant une idéologie foncièrement hippie, il porte les stigmates de son époque. La charge sociologique libertaire semble plus préoccuper les auteurs que l’intimisme et c’est bien dommage. En effet, celle-ci est d’une lourdeur qui parasite toute la mise en scène. Les personnages secondaires, n’ayant d’autre fonction que de cristalliser le discours « anti-conventionnel », sont bêtement caricaturaux  (voir le militaire). Les gags manquent de finesse et leur redondance fait ressortir les lacunes de la construction dramatique. Quel intérêt de montrer non pas un ou deux mais cinq ou six faux suicides d’Harold ?  L’anticonformisme est affiché avec trop d’ostentation pour être intéressant et il fait oublier les quelques jolis instants entre Harold et Maude, instants qui de toute façon ne vont jamais au-delà de la joliesse.

Publicités

2 commentaires sur “Harold et Maude (Hal Ashby, 1972)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s