Love me tonight (Rouben Mamoulian, 1932)

Un tailleur parisien séduit des princesses dans l’entourage d’un aristocrate ruiné qui lui doit de l’argent.

Merveilleuse opérette Paramount dans la veine des meilleurs Lubitsch de l’époque. On retrouve le délicieux couple formé par Maurice Chevalier et Jeanette MacDonald. Les ingrédients sont les mêmes mais en terme de style, la désinvolture aristocratique de Lubitsch est remplacée par quelque chose de plus imposant. Le découpage de Mamoulian est très sophistiqué et son film contient nombre de morceaux de bravoure mettant remarquablement en valeur la musique entraînante de Rodgers et Hart. On est plus proche de la véritable comédie musicale que dans Une heure près de toi, le chef d’oeuvre de Lubitsch avec Chevalier et MacDonald qui sortait la même année, ne serait-ce que parce que la mise en scène a ici un côté chorégraphique qu’elle n’a pas chez le maître berlinois. D’une manière générale, Love me tonight est un film extraordinairement dynamique. Jouant brillamment avec les archétypes (l’ouverture à Paris est un fabuleux condensé des clichés sur les Français dans les comédies hollywoodiennes de la grande époque), Love me tonight est une oeuvre parmi les plus drôles, les plus joyeuses, les plus éblouissantes de son temps.

Publicités

4 commentaires sur “Love me tonight (Rouben Mamoulian, 1932)

  1. Meilleur même que les meilleurs Lubitsch de l’époque, qui sont d’ailleurs moins bons que les moins bons Mamoulian. Et la longue séquence de « Isn’t it romantic? » a un effet galvanisant que seul le musical peut générer. Un film génial, et il y en a peu qui méritent cet adjectif.

  2. je ne pas d’accord pour affirmer d’emblée que Love me tonight est supérieur à Une heure près de toi (selon moi la meilleure des collaborations Lubitsch/Chevalier). Ce sont deux styles différents. Lourcelles dit un truc que je trouve très juste dans son dico comme quoi le spectateur du film de Mamoulian se passionne plus pour les prouesses spectaculaires, pour la virtuosité du découpage que pour l’histoire racontée ou ce qui arrive aux personnages. Love me tonight est évidemment un film génial mais il y a dans le film de Lubitsch une sensibilité morale, une apparente simplicité aussi, qui le me rendent plus attachant.

    ensuite, « meilleurs Lubitsch de l’époque, qui sont d’ailleurs moins bons que les moins bons Mamoulian », j’ai mal compris ou bien tu considères Applause, Les carrfeours de la ville comme de meilleurs films que Une heure près de toi et Le lieutenant souriant ???

    sinon, comme tu postes ici, j’en profite pour te remercier de cette découverte, c’est grâce à ton prosélytisme et à celui de feu-Beule que je me suis intéressé à ce film.

  3. Oui, Une Heure et Love Me Tonight sont dans deux registres différents, avec Une Heure qui reste dans la convention de la comédie amoureuse issue du théâtre du XIXe alors que le rythme et la forme de Love Me me fait plutôt penser au comics (la BD de l’époque). Lourcelles a raison mais dans les deux cas, l’histoire et les personnages ne sont-ils pas dès le départ trop artificiels et distants pour qu’on s’y intéresse vraiment ? Reste la forme (notion différente du « style ») et là, Love Me l’emporte. Mais je ne suis sans doute partie prenante : c’est un de mes films préférés, alors…

    “les meilleurs Lubitsch de l’époque, qui sont d’ailleurs moins bons que les moins bons Mamoulian”, c’est un effet de style évidemment ! Mais là aussi, il est vrai que personnellement, je me sens plus proche de Mamoulian que de Lubitsch, qui me parle moins. Pour paraphraser le peintre, j’ai un peu l’impression que Lubitsch avait trouvé alors que Mamoulian cherchait. Applause me plaît parce qu’il y a Helen Morgan, si rare.

    J’ai du en parler sur un forum il y a bien longtemps alors si Beule postait encore ! Oeuvre utile, donc ! Merci !

  4. Il y dans Une heure près de toi un côté ludique, complice (les clins d’oeil au spectateur de Chevalier) qui pour ma part a créé très rapidement une proximité avec le couple principal.

    tout à fait d’accord avec toi sur Mamoulian qui cherche plus qu’il ne trouve. je me permets de te renvoyer à ma demi-douzaine de lignes sur Applause.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s