Le voile bleu (Jean Stelli, 1942)


La vie d’une nourrice qui aime les enfants dont elle s’occupe mais régulièrement obligée de s’en séparer.

Lénifiant.

Publicités

4 commentaires sur “Le voile bleu (Jean Stelli, 1942)

  1. non, on est vraiment dans le mélo pétainiste le plus réactionnaire et le plus sirupeux qui soit.
    après, on peut toujours apprécier les numéros des vieux briscards Larquey ou Charpin pour elles-mêmes mais là, ça n’a plus rien à voir avec le film.
    A réserver aux vieilles filles et aux pervers qui aiment les mauvais films au second dégré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s