La femme et le pantin (Julien Duvivier, 1959)

En Espagne, une femme sublime mais de basse extraction met un grand propriétaire à genoux.

Brigitte Bardot est très belle et plutôt bien mise en valeur. C’est le seul intérêt du film. La mise en scène est plate et donc fausse. La représentation de la feria de Seville ressemble à celle du Brésil dans Orfeu Negro. On ne s’intéresse pas à l’histoire une seule seconde, faute d’imagination de la part du cinéaste. La femme et le pantin façon Duvivier est l’exact opposé de la version flamboyante réalisée par Josef Von Sternberg pour Marlene Dietrich. C’est dire sa nullité.

Publicités

Un commentaire sur “La femme et le pantin (Julien Duvivier, 1959)

  1. C’est un des nadirs de la carriere de Duvivier;il vaut mieux l’oublier et revoir « sous le ciel de Paris » ou « David Golder » ou plus encore « la fin du jour »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s