La reine des pommes (Valérie Donzelli, 2010)

Avec l’aide d’une amie, une jeune femme tente de surmonter un chagrin d’amour.

Premier film de l’actrice Valérie Donzelli, La reine des pommes se veut une comédie légère dans l’esprit de la Nouvelle Vague. C’est filmé en décors naturels, ça chante, ça danse, le scénario n’est pas très consistant. Seulement voilà, en fait de fraîcheur, le film s’avère assez faisandé. La faute à une mise en scène perpétuellement grossière qui réduit les personnages à des marionnettes.  Cette artificialité délibérée aurait pu être intéressante si Valérie Donzelli avait joué la carte du spectacle, à l’instar de Demy à qui on pense forcément. Malheureusement l’auteur n’a pas les moyens de ses ambitions: la photo est d’une affligeante laideur, les chansons sont médiocres, les gags faiblards et les quelques chorégraphies minables. Bref, un film à la fois faux et chiant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s