Quand j’étais mort (Ernst Lubitsch, 1916)

Un jeune marié est victime d’une belle-mère acariâtre qui ne veut pas le laisser sortir. Il simule alors un suicide, se déguise et se fait engager par sa femme en tant que domestique.

Une farce théâtrale grossière qui permet de mesurer le chemin parcouru par Ernst Lubitsch en trente ans de carrière.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s