Stars in my crown (Jacques Tourneur, 1950)

Un homme se souvient de son enfance dans une petite ville du Sud des Etats-Unis après la guerre de Sécession. Un nouveau pasteur y faisait face à la typhoïde et au Ku Klux Klan…

Stars in my crown s’inscrit dans le genre americana, le courant nostalgique et idéaliste du cinéma hollywoodien qui se plaisait à recréer l’Amérique provinciale du tournant du XXème siècle. Henry King y a excellé. Jacques Tourneur, a priori, en semblait fort éloigné. Pourtant, le réalisateur français de La féline signe ici un de ses chefs d’œuvre et ce qui restera comme son film préféré. D’abord, il se conforme brillamment aux contraintes du genre en livrant une série de jolies vignettes pastorales et sentimentales. Je pense par exemple à cette séquence digne de Mark Twain où deux enfants vagabondent sous les frondaisons dans une charrette de foin…On notera cependant que la mise en scène de Stars in my crown n’échappe pas complètement à l’académisme aseptisant du studio qui le produit: la MGM. Ainsi, en dehors de quelques moments forts sur lesquels nous reviendrons, la photographie déçoit par sa platitude.

Au fil de la chronique villageoise, le véritable sujet du film apparaît. Il s’agit ni plus ni moins que de montrer la présence de Dieu parmi les hommes. C’est pour le moins ambitieux. A l’opposé d’une bondieuserie lénifiante, Stars in my crown montre son héros pasteur vaciller, douter de sa foi face à des turpitudes d’une dureté inouïe (morts d’enfants, lynchages racistes). Le dieu chrétien se manifeste d’abord dans le coeur des hommes et il s’agira donc pour le pasteur de révéler ce qui reste de bonté chez les plus haineux d’entre eux: les membres du Ku Klux Klan. On notera d’ailleurs que, tout en célébrant la vie dans un patelin sudiste du XIXème siècle, Tourneur n’élude pas le contexte politique inhérent, les forces obscures tapies au sein de la communauté apparemment chaleureuse et bienveillante. Ce combat entre le mal et la foi en Dieu (donc en l’homme) culmine dans une séquence bouleversante de simplicité humaniste. On songe alors à un John Ford qui aurait retrouvé une sorte de pureté archaïque.

Dans le même ordre d’idée (Dieu existe…finalement), Stars in my crown est également un des très rares films non-fantastiques à oser représenter une résurrection. Faire admettre un tel miracle est toujours un défi pour le metteur en scène mais alors quelle émotion si le pari est remporté, si le spectateur voit son incrédulité vaincue! Ici, c’est le cas. Un découpage dont la simplicité n’a d’égal que la précision, une musique graduée, une parfaite exploitation dramatique des accessoires à sa disposition (rideaux…) et surtout le lumineux visage de son interprète féminine font de ce moment un des clous de l’œuvre de Jacques Tourneur, une magnifique synthèse de son génie de l’évocation des puissances surnaturelles.

A l’instar du Garçon aux cheveux verts ou de Qu’elle était verte ma vallée, Stars in my crown est un de ces joyaux qui ne pouvaient être produits qu’au sein de l’industrie hollywoodienne mais qui, en seulement une heure et demi, font montre d’une originalité profonde et d’une ambition folle. Un film sublime.

Publicités

5 commentaires sur “Stars in my crown (Jacques Tourneur, 1950)

  1. I just went through like 18 Fords in a roll last week, lovely 35 mm. prints and all (in Brazil that’s PRETTY rare), and the one Ford film that made me remember over and over and over The Boy With Green Hair (which is, with Donovan’s Reef, one of the greatest films ever made) and Stars in my Crown was The Sun Shines Bright – the setting, the atmosphere, but specially the plainspokenness of the directors in these films (the sequences where those films get this almost biblical aspect to them are truly mesmerizing). But yeah, How Green Was My Valley has a lot in common with Losey’s film and Stars in my Crown too.

  2. of course Bruno (lucky guy), The sun shines bright (Ford’s masterpiece in my opinion) shares a lot of things with Stars in my crown. It’s the first Ford’s films that comes to mind when you see Tourneur’s film. However, if my memories don’t cheat me, it has been produced by Argosy (Ford’s own company) for Republic, one of the smallest and strangest studios in Hollywood.
    That’s why I dont consider it as a true studio’s product, I don’t consider it part of the system, as How green was my valley or Stars in my crown can be. But this is just my opinion and it can be discussed…

  3. Je viens de voir ce film en famille cet après-midi.
    Je suis en tous points en accord avec vous.
    Et cette brise légère accompagnant la résurrection (ou guérison ?) est une belle et délicate représentation de la venue du Seigneur non dans un ouragan, ni dans un tremblement de terre, ni dans le feu mais dans une brise légère lors de sa manifestation au prophète Élie dans le premier livre des Rois.
    Le personnage de Joël Mc Crea dans sa solitude me fait d’aileurs penser à la figure du prophète qui s’arrime à l’ancre de la foi contre toute logique humaine.
    Un très beau film. Et une confirmation de la sensibilité de Jacques Tourneur que j’ai vu aussi, contrairement à vous je crois, dans Stanger on Horseback tout en douceur et en profondeur de mon point de vue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s