En présence d’un clown (Ingmar Bergman, 1997)

Dans les années 20, un ingénieur interné en hôpital psychiatrique et féru de Schubert invente le cinéma parlant.

Arrivé en fin de carrière, Ingmar Bergman ne se préoccupe plus guère d’inscrire ses éternelles obsessions (la mort, le sexe, le théâtre, l’absence de Dieu tout ça) dans une quelconque réalité. En présence d’un clown est peut-être son film le plus décharné, le plus cru. Le problème est qu’une abstraction aussi prononcée anesthésie complètement le film. Heureusement, son ultime ultime film, Saraband, allait être d’un tout autre acabit.

Publicités

Un commentaire sur “En présence d’un clown (Ingmar Bergman, 1997)

  1. J’ai un bon souvenir de ce film. Il me semble que sur ses dernières œuvres, il revient surtout aux souvenirs de son enfance, à l’ambiance de l’époque, disons. Les films des années 60 me semblent bien plus âpres (ce n’est d’ailleurs pas ce que je préfère de lui). Je m’étais beaucoup amusé à la longue scène du film qu’ils doivent continuer à jouer sur scène après que l’électricité ait sauté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s