L’amour est une grande aventure (Skin deep, Blake Edwards, 1989)

Les mésaventures sentimentalo-sexuelles d’un écrivain à succès, incapable de fidélité.

Cette comédie tardive de Blake Edwards contient quelques quelques scènes très drôles mais pêche par manque d’unité narrative. Les acteurs ne sont pas sensationnels non plus.

2 commentaires sur “L’amour est une grande aventure (Skin deep, Blake Edwards, 1989)

  1. Je l’avais loupé cette chronique.
    Déception en effet concernant votre avis mais j’avoue avoir du mal à comprendre ce que vous entendez par « manque d’unité narrative ». Quant à John Ritter, il rivalise sans problème avec Dudley Moore selon moi.

  2. j’ai le souvenir d’un manque d’unité dans la façon dont l’histoire est racontée. Un manque de rigueur, un côté un peu dispersé, fouillis.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.