L’école des contribuables (René Guissart, 1934)

Le gendre d’un fonctionnaire du Trésor public, poussé à travailler par son beau-père, fonde une agence pour aider les contribuables à payer moins d’impôts.

Une comédie désuète mais subversive et amusante qui vaut essentiellement pour ses numéros d’acteurs. Quoique sa présence soit limitée à celle d’un second rôle, Larquey est grandiose.

3 commentaires sur “L’école des contribuables (René Guissart, 1934)

  1. […] Déception! Vecchiali abuse grave de comparer ça à du McCarey: si les bons sentiments ne font pas forcément du mauvais cinéma, la démagogie ne saurait suffire comme ingrédient à un film. Manque de développement dans les « motivations » des méchants, arbitraire lacrymal du scénario, interprétation sans nuance de Signoret et Larquey s’accordant à une caractérisation caricaturale des personnages…Ce n’est pas complètement nul grâce à la fraîcheur des gamins de Ménilmuche mais c’est qualitativement très loin de cet autre film français de 1936 sur la réalisation contrariée d’une utopie ouvrière qu’est La belle équipe. Le désenchantement de René Guissart, ici larmoyant, est préférable lorsqu’il prend la forme du pétulant cynisme de Dédé ou L’école des contribuables. […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.