Au nom du peuple italien (Dino Risi, 1971)

Un juge d’instruction idéaliste essaye d’inculper un patron véreux pour la mort d’une prostituée.

Trois qualités essentielles ont permis à Dino Risi, Age et Scarpelli d’approfondir leur tableau au vitriol d’un pays corrompu:

  1. Des personnages secondaires qui chacun à leur manière élargissent la portée satirique de ce qui est d’abord un grandiose face-à-face. Savoureusement caricaturés, ils sont les principaux vecteurs de comique de cette comédie par ailleurs plus glaçante que drôle. Ceci n’est pas un défaut : une trop grande dérision aurait altéré la force du discours.
  2. Le jeu extraordinaire de Vittorio Gassman en ceci qu’il parvient à rendre sympathique une véritable crapule. Jeu tout à fait réaliste puisque dans la vie, les crapules sont généralement sympathiques. Lui donnant la réplique, Ugo Tognazzi excelle également mais sa partition est moins propice aux éclats.
  3. La fin géniale qui répartit subitement et subtilement les torts entre les deux personnages. Le constat social n’en est alors que plus désespéré. De surcroît, c’est une idée de mise en scène particulièrement percutante (possiblement la plus subversive du film) que d’avoir inscrit la touche finale de cet implacable réquisitoire envers la société italienne dans une ambiance de coupe du monde de football.

3 commentaires sur “Au nom du peuple italien (Dino Risi, 1971)

  1. Comédie grinçante et tout à fait réjouissante. En même temps, Risi + Age et Scarpelli = nec plus ultra systématique de la comédie italienne. Je suis tenté de placer ce Risi-là au même niveau que Le Fanfaron et Parfum de Femme. Ça se discute, comme dirait l’autre.

  2. je suis assez d’accord.
    cela ne vaut peut-être pas Le fanfaron (chef d’oeuvre) mais si je me fie à mes souvenirs, Parfum de femme est (un peu) moins bien.

  3. aaah Parfum de Femme c’est sublime pourtant. Le plus beau rôle de Vittorio Gassmann. Agostina Belli dont la beauté vous rend tout chose. Un road movie doux-amer où l’amour et la mort sont étroitement liés. Les Américains ont tellement aimé qu’ils en ont tiré un – pâle – remake avec Pacino en 92: Le Temps d’un Weekend.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.