L’épreuve du bonheur (I’d climb the highest mountain, Henry King, 1951)

Au début du siècle dernier, les souvenirs d’une citadine qui s’installa en province suite à son mariage avec le pasteur du village.

Cette aimable tranche d’americana tel que savait les concocter Henry King (simplicité, tendresse, humour, jolis décors naturels en Technicolor) contient un passage d’une déchirante cruauté qui annonce les œuvres les plus pessimistes d’Ingmar Bergman quant à l’absence de Dieu. C’est que, lorsqu’il s’agit de confronter la foi chrétienne à l’athéisme, un classique comme Henry King sait traiter son sujet avec le jusqu’au boutisme qu’il faut. Ce jusqu’au boutisme, qui confine à la perversité, insuffle à sa vignette nostalgique une puissance dramatique inattendue. Le dénouement m’est en revanche apparu un peu facile.

2 commentaires sur “L’épreuve du bonheur (I’d climb the highest mountain, Henry King, 1951)

  1. Ah je ne suis pas d’accord ! Pour moi c’est un chef-d’œuvre à ranger parmi les plus beaux Henry King (Un Homme de Fer, La Cible Humaine ou encore Wait till the Sun Shines, Nellie). Un humanisme de tous les instants et pas de facilité, y compris dans le dénouement.

  2. je le mets quand même un peu en deça de Wait till the Sun Shines, Nellie, je le trouve plus conventionnel, plus balisé.
    Je trouve quand même le retour du père athée dans le giron de l’Eglise précipité. Surtout après avoir vécu un drame comme celui qu’il a vécu à cause du pasteur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.