Son homme (Tay Garnett, 1930)

Dans un bar exotique, une entraîneuse quitte son maquereau pour un marin.

D’amples travellings insufflent un mouvement exceptionnel aux scènes dans les bouges mais ne suffisent pas, sur la longueur, à rendre passionnant un récit conventionnel entrecoupé de bagarres truculentes mais nombreuses jusqu’à la complaisance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.