Gas-oil (Gilles Grangier, 1955)

Après avoir roulé sur un cadavre, un chauffeur routier est embarqué dans une sale histoire…

Les multiples scènes de bouffe sont sympathiques mais ne suffisent pas à compenser le manque de nerf dans le rythme dramatique. Dénouement démagogique et réactionnaire de la façon la plus épaisse qui soit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.