Le code criminel (Howard Hawks, 1931)

Nommé directeur de prison, un ancien procureur retrouve des détenus qu’il a condamnés…

Adaptation d’une pièce de théâtre « à thèse » dont Hawks aurait allégé le déterminisme de gauche. Le film, bavard et mou, n’en reste pas moins plombé par ses origines scéniques. Au sein d’un film plutôt académique, il y a toutefois quelques instants brillants (le meurtre hors-champ, très malaisant) ou personnels (la sécheresse forcée de la scène où le jeune détenu apprend la mort de sa mère).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.