L’agonie de Byzance (Louis Feuillade, 1913)

Reconstitution de la chute de Constantinople en 1453.

Les décors en carton-pâtes, la nullité de la dramaturgie, le primitivisme du découpage et la pure et simple succession de processions, prières et autres défilés militaires en guise de récit dénient à ce moyen-métrage tout intérêt autre qu’historique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.