Signorinette (Luigi Zampa, 1942)

Quatre amies de lycée font l’apprentissage de l’amour chacune à leur façon.

Récit d’apprentissage féminin frais, mignon et dispensable comme il s’en est tourné plusieurs à la fin du Fascisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s