Les gardiens de phare (Maurice Mariaud, 1922)

Au Portugal, un gardien de phare tue une femme qui rejette ses avances…

Il n’y a pas que la coïncidence de titres qui fasse de Maurice Mariaud un digne précurseur de Jean Grémillon: la finesse et la variété du découpage (judicieuse utilisation de la profondeur de champ), la beauté nue des extérieurs maritimes, la dignité avec laquelle sont filmés les personnages, la sobriété implacable de la narration (en dépit d’un dernier acte qui tend vers le grand-guignol) et le lyrisme contrapuntique du montage qui met les sentiments des protagonistes au diapason des forces élémentaires de la Nature sont autant de qualités cinématographiques qui insufflent une belle puissance tragique à ce Os Faroleiros. Que ce soit en Bretagne dans les années 10 ou au Portugal dans les années 20, la constance de l’inspiration de Maurice Mariaud laisse à penser qu’un auteur majeur du cinéma muet est à découvrir.

Publicités

8 commentaires sur “Les gardiens de phare (Maurice Mariaud, 1922)

  1. Je decouvre votre blog.
    Je suis en train d’écrire un livre sur Maurice Mariaud dont je suis le petit-neveu.
    Les excellents commentaires que vous publiez sur les deux films de lui que vous avez vu me donnent envie de vous parler de mon travail.Sur la quarantaine de films tournés par Mariaud,on en a localisé 18.
    J’en ai vu une quinzaine sur lesquels je travaille.
    Si mon projet vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter.
    Cordialement
    Frédéric Monnier (06 ** ** ** **)

    • bonjour Frédéric,

      c’est une excellente nouvelle que vous m’apprenez là tant il est vrai que les écrits sur votre grand-oncle sont aussi rares que son oeuvre semble importante.
      Simple cinéphile que je suis, je ne vois pas trop en quoi je pourrais vous être utile mais si vous avez une idée, n’hésitez à me demander.
      Tenez moi au courant de l’avancée de votre projet, ça m’intéresse vraiment.

      (je me suis permis de masquer votre téléphone pour qu’il ne soit pas visible par les internautes et les robots du monde entier)

  2. Cher Christophe,
    Je ne vous ai pas écrit afin que vous me soyiez « utile » ! Je voulais simplement vous dire le plaisir que j’ai éprouvé à la lecture de vos commentaires pertinents.Un cinéphile qui apprécie le travail de Mariaud et qui se demande s’il ne faudrait redécouvrir cet auteur,c’est assez rare et j’ai eu envie de vous en remercier.
    Je travaille à la réédition de plusieurs de ses films en liaison avec la Cinémathèque et le C.N.C.
    Je vous tiendrai au courant .
    Encore merci. Cordialement.
    Frédéric

    • Je suis agréablement surpris que la Cinémathèque française, qui a considérablement diminué ses projections de films muets cette année, s’intéresse à Maurice Mariaud.
      Si vous avez besoin d’un coup de main pour votre ouvrage…

  3. Au fait,j’ai oublié de vous demander comment vous aviez pu voir intégralement « os faroleiros » ! J’ai eu du mal à le trouver !
    (il passe régulièrement à la cinémathèque de Lisbonne où Mariaud n’est pas un nom oublié)
    Frédéric

  4. La dernière fois que je suis allé sur youtube pour Mariaud ,il n’y avait que les dix premières minutes !!
    J’ai pu voir ce film sur le site portugais cinept (que je recommande vivement aux amateurs de cinéma portugais).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s