Le Lac aux chimères (Veit Harlan, 1943)

Un grand musicien retrouve sa première fiancé et se rappelle leur amour.

Heureusement qu’il y a la belle musique de Wolfgang Zeller pour insuffler un semblant d’âme à cette rigide succession de chromos en Agfacolor à la morale discutable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s