Club de femmes (Jacques Deval, 1936)

Dans une pension pour jeunes filles, différentes intrigues se nouent.

Une audace certaine dans la peinture des amours saphiques n’empêche pas cette insipide oeuvrette de faire bien pâle figure face aux films d’un George Cukor.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s