Entre deux mondes (Lester James Peries, 1966)

En rentrant d’une soirée d’anciens étudiants, un bourgeois renverse un homme et refuse de se dénoncer…

Le drame est intéressant mais son déroulement, foncièrement théâtral, est lent, statique et pesant. L’auteur aurait pu en raconter autant en divisant la durée de son film par deux.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s