Pierre et Jean (André Cayatte, 1943)

Un jeune homme touche l’héritage d’un ami de sa famille parce qu’il est en fait son véritable père.

Cayatte et la Continental ont réduit le cruel petit roman de Maupassant à un falot mélo.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s