Strange days (Kathryn Bigelow, 1995)

A Los Angeles au moment du passage à l’an 2000, un trafiquant de shoots de réalité virtuelle se retrouve embarqué dans une histoire de meurtres.

La résolution de l’intrigue policière est artificielle et l’unité du récit en pâtit mais la séduction punk de la direction artistique, l’inventivité spectaculaire des scènes d’action, le sex-appeal de Juliette Lewis, la fullerienne beauté de l’histoire d’amour et l’ampleur démiurgique de la mise en scène font de Strange days une oeuvre époustouflante.

Même si, évidemment, l’an 2000 ne fut pas identique à celui imaginé par James Cameron et Kathryn Bigelow, force est de constater que ces shoots de réalité virtuelle, et notamment les implications qu’ils entraînent sur la mémoire et le désir, préfigurent avec une étonnante acuité notre monde hyper-connecté.

Kathryn Bigelow était d’autant plus grande qu’elle ne se prenait pas au sérieux. Sa virtuosité, patente aussi bien dans les très complexes plans-séquences en vue subjective que dans celui, hyper-grisant, de la foule réveillonnante vue du ciel, est ici totale.

4 commentaires sur “Strange days (Kathryn Bigelow, 1995)

  1. bonjour Christophe, ça fait longtemps ! Ravi de voir que vous continuez à entretenir ce blog avec verve et pertinence.
    Strange Days a été pendant une période de mon adolescence ni plus ni moins que mon film préféré – je ne déconne pas ! L’ayant revu il y a deux ou trois ans, j’ai hélas pas mal désenchanté: le film de Bigelow, qui me paraissait encore tellement moderne et excitant une décennie en arrière, a beaucoup vieilli dans son esthétique un peu « toc », ses caricatures ambulantes (Juliette Lewis, Tom Sizemore et Michael Wincott sont insupportables), son hystérie de façade alors qu’en réalité l’intrigue patine pas mal… J’ai trouvé subitement le film lourd et vulgos, gauche et embarrassant, un pur produit des 90’s quoi. Reste quelques scènes fortes (l’agression d’Iris qui met toujours autant mal à l’aise) et Angela Bassett, beaucoup plus juste que le reste du casting.

    • Bonjour Dédé!
      Je suis moi aussi content de vous revoir.
      Strange days était pour moi une découverte. Je ne sais pas s’il tiendrait beaucoup de révisions supplémentaires mais j’ai été assez étonné de voir que l’opinion que vous en avez aujourd’hui est partagée par bon nombre d’internautes. Pour moi, la patine 90’s n’est pas un problème.
      Découvrant le film, j’ai été happé par le récit foisonnant et il n’est pas dit qu’à la révision, je ne trouve pas les personnages secondaires simplistes mais j’aime beaucoup les deux personnages principaux et leur relation.

      • Je relativise tout de même: il y a des moments de mise en scène qui restent fabuleux ; dommage qu’ils soient noyés dans un scénario très poussif. En fait vous mettez le doigt sur le problème principal du film: il fait un effet boeuf la première fois mais supporte mal le revisionnage, avec le recul on s’aperçoit de toutes ses facilités et ses maladresses. Quant à Point Break, dont vous ne tarissez également pas d’éloges, je n’ai pas eu besoin de le voir deux fois pour le trouver passablement cucul et insignifiant – il faut dire qu’il n’est pas aidé par ses deux têtes d’affiche fort peu charismatiques…
        De Bigelow je retiens tout de même le très bon Démineurs et les intéressants quoiqu’inégaux Aux frontières de l’aube et Blue Steel. Avez-vous vu son dernier film sur les émeutes de Detroit en 67 ?

      • oui, c’est un film « coup-de-poing » qui impressionne par sa violence et sa virtuosité mais le problème est que Bigelow n’a rien à dire sur son sujet, qu’elle ne traite finalement pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.