Les fauves (White tiger, Tod Browning, 1923)

Une bande de malfrats s’entredéchire après avoir kidnappé un riche héritier.

Huis-clos policier que des ajouts mélodramatiques sur un lien de parenté caché entre deux des malfrats ne sauvent pas d’une banalité vieillotte et moralisatrice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.