La fille de l’usine de briques (Yasuki Chiba, 1940)

Dans un quartier populaire, une jeune fille dont la famille dysfonctionne sympathise avec une camarade coréenne récemment immigrée.

Les bons sentiments sont sympathiques, certaines images sont joliment composées mais c’est très décousu et ça manque de relief et d’un point de vue affirmé sur le sujet (même si le seul choix du sujet étonne compte tenu de l’époque). C’est le genre de film ras-les-pâquerettes qui a besoin d’un Naruse ou d’un Ozu inspiré pour être transfiguré.

5 commentaires sur “La fille de l’usine de briques (Yasuki Chiba, 1940)

  1. C’est génial, Christophe, tu me fais le tri en avance pour les deuxièmes redifs de cette rétro où je sais absolument pas comment me retrouver (parce qu’à part pour les plus gros titre, les retours critiques sur tous ces films sont inexistants)… Toi tu y vas au hasard ?

    • C’est bientôt fini non? Il y en a que j’ai vu en deuxième projection. J’essaye d’aller voir tout ce qu’on ne peut pas voir par ailleurs. Le reste…je le trouve. Je me tâte encore pour aller voir Le col du grand Bouddha version Inagaki, le dernier qu’il me reste je crois.
      Il y a de la littérature sur pas mal de ces films sur le web anglo-saxon. Il y en a aussi quelques uns qui sont passés à la MCJP où un pote les a vus (et a alors écrit sur le forum de dvdclassik).
      Une cinéaste important découvert grâce à cette rétro: Mansaku Itami.

      • Y a encore quelques secondes séances, mais c’est la fin oui, je doute en rattraper plus de deux. C’était de toute façon la rétro de la poisse pour moi, toutes mes occasions de séances ont été annulées (+ la séance Orochi complète). Du coup pour l’instant, j’ai pu voir que « Le Jeune homme capricieux », d’Itami justement, que j’ai trouvé pas mal sans plus (bon faut dire que c’était pas facile de jauger le rythme d’une comédie avec une copie aussi atroce).

        Je vais au moins essayer de voir « L’Espion Kakita Akanishi » !

    • Haaaa mais moi qui pensait que tu faisais tes notes d’un geste assuré, le soir-même, en direct, mais en fait PAS DU TOUT. Un mythe s’effondre !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.