La rivière de la mort (Little Big Horn, Charles Marquis Warren, 1951)

Un officier de cavalerie qui couche avec la femme de son supérieur rejoint ce dernier dans une mission qu’il sait suicidaire: retrouver le général Custer à Little Big Horn.

Un pessimisme sans forfanterie émane d’une mise en scène au classicisme solide et brutal. Bon western.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.