La neige était sale (Luis Saslavsky, 1953)

Le fils d’une prostituée fait fortune sous l’Occupation.

Concentré des pires tares de la « qualité française »: tout réalisme de contexte est éludé au profit d’une psychologisation de l’origine du Mal des plus conventionnelles, les nuances sont absentes et la noirceur est aussi appuyée que déconnectée de toute sorte de vérité. Tout est lourd, faux, détestable de bassesse et de stupidité.

2 commentaires sur “La neige était sale (Luis Saslavsky, 1953)

  1. Le livre est très impressionnant mais plonge à fond dans une noirceur qui aurait mieux convenu à quelque auteur nihiliste danois ou hongrois apparus dans les années 80-90, ce qui en termes d’adaptation ne me fait pas davantage fantasmer que la qualité française. Brio mis à part, il me semble que vous adresseriez les mêmes reproches au roman de Simenon. Peut-être l’auteur d’Une si jolie petite plage aurait su en tirer un bon film.

    • En effet, je ne suis pas féru de Simenon et Une si jolie petite plage est sans doute un des moins mauvais films de cette tradition de la qualité, en tout cas, c’est mon préféré de Yves Allégret.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.