Le voyage des comédiens (Theo Angelopoulos, 1975)

En 1952, le voyage d’une troupe de comédiens à travers la Grèce confrontée aux réminiscences de l’Histoire des douze dernières années.

Pour être basé sur le plan-séquence plus que sur le montage, le style de Théo Angelopoulos n’en demeure pas moins aussi concerté, artificiel et révélateur d’impuissance face à sa matière concrète et dramatique que celui d’un Bresson. Simplement, son film est au moins trois fois plus chiant car presque trois fois plus long que le pire Bresson (L’argent). On songe aussi au systématisme creux d’un Miklos Janczo. Impossible de justifier par exemple le choix du lent panoramique plutôt que du simple champ-contrechamp lorsque l’autocar se fait tirer dessus par les Allemands. Panoramique, travelling, hors-champ, mélange des temporalités, ellipse, vitesse des mouvements (généralement lents) ou valeur de cadre (généralement éloigné), chaque parti-pris semble avoir pour objectif de mettre en valeur l’auteur plutôt que ses personnages, ses situations, ses thèmes. A cela s’ajoutent des procédés de distanciation « brechtienne » qui achèvent de faire verser le film dans la plus complète des saugrenuités. D’où, malgré une durée près de quatre heures, l’impression d’un film aussi pesant que vide (c’est là le génie de Angelopoulos), d’où il ne ressort pas grand-chose de plus qu’un vague larmoiement sur les persécutions des communistes en Grèce.

2 commentaires sur “Le voyage des comédiens (Theo Angelopoulos, 1975)

  1. Sur le style dont tu parles (plan-séquence, mouvements lents, hors-champ, mélange des temporalités, cadre éloigné), je me demande en fait si ça vient pas de Tarkovski – ça m’avait en tout cas vraiment frappé devant le seul film que j’ai vu d’Angelopoulos, « Paysage dans le brouillard », on aurait dit le film d’un disciple qui essaierait de l’imiter. Bon avec du coup des qualités Tarkovskiennes (grande puissance formelle à partir de peu, quelques fulgurances et passages très inspirés), mais l’ensemble sonnait effectivement assez creux (symbolisme bouffi, fatalisme et velléités poétiques lourdingues, pas mal de vide et d’ennui).

    Je me suis toujours dit que j’en essayerai un autre, mais les 4h de celui-là me faisaient flipper, et ta note impeccablement assassine a achevé tout probabilité de m’y coller 🙂

    • Oui, mais je sens chez Tarkovski (dont je ne suis pas fan) une plus grande sincérité spirituelle. Il faut dire qu’il ne pratique aucune distanciation dans sa mise en scène, au contraire du Grec.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.