Les démons à ma porte (Jiang Wen, 2000)

Pendant l’occupation japonaise, des paysans chinois sont chargés par la Résistance de garder un soldat nippon et son interprète…

Relativisme moral (apologie de la veulerie déguisée en humanisme), personnages perpétuellement ravalés au rang de bestiaux et style frimeur et envahissant, entre gratuité des contrastes et hystérie du cadrage censée insuffler artificiellement de l’énergie aux scènes: ce film unanimement encensé à sa sortie relève d’une esthétique que j’appellerais « forcing naturaliste » et qui fait de Jiang Wen le dépositaire des pires tendances de Clouzot. En est parfaitement symptomatique un des plans les plus cons de l’histoire du cinéma: celui du regard depuis une tête coupée (avec passage du noir et blanc à la couleur).

4 commentaires sur “Les démons à ma porte (Jiang Wen, 2000)

  1. Bonjour Christophe,
    je n’ai pas beaucoup de temps ces derniers temps pour regarder des films ou suivre les actualités des blogs mais je suis toujours avec plaisir votre travail toujours intéressant et si peu consensuel. Je ne partage pas toujours vos goûts condensés parfois de manière si tranchés voire quelque peu lapidaires mais j’approuve que vous assumiez votre sentiment, comme ici:
    « ce film unanimement encensé » ne trouve aucunement grâce à vos yeux!
    Je peux le comprendre, c’est encore une fois cohérent avec votre amour du cinéma humaniste dont nous avions discuté, rejetant ainsi globalement l’esthétique d’Akira Kurosawa – là nous étions en désaccord – ; rejetant globalement l’esthétique formaliste d’Edward Yang (en particulier son film le plus encensé, le plus « moderne », plutôt éreinté dernièrement par votre critique) – j’ai été sous le charme de Yi Yi personnellement – mais aussi « cette tendance du jeune cinéma d’auteur des années 90 », ou sous d’autres contrées : « Les Aventures de Pinocchio » de Luigi Comencini ou « Huit heures en sursis », qualifié par vous d' »archétype du classique surestimé et poussiéreux »; n’hésitant pas non plus à décrire « Le Lien » (que je n’ai pas encore vu) comme une « caricature de film de Bergman »…
    Toujours pas pu découvrir les films de Shimizu malheureusement, ni certains films de Sjöström ou Griffith, que vous donnez vraiment envie de regarder!
    J’aimerais bien tomber sur  » A la Française » de Parrish ou «Une Cadillac en or massif», sans parler de « Nashville », même si vous l’avez depuis revu nettement à la baisse!!!
    J’ai moi aussi apprécié récemment un film comme « The Intruder ».
    En revanche j’avoue, à ma grande honte, avoir été déçu par « Lucky star » de Borzage, peut-être à cause du jeu de Charles Farrell, d’une espèce de naïveté qui à certains moments m’a gêné – et pourtant je suis très sensible au cinéma de ce cinéaste exceptionnel et justement à cette vision de l’amour si… pur. Le film reste très impressionnant cela dit!
    Des êtres caractérisés par une innocence – « mystique ». Connaissez-vous d’autres cinéastes ayant illustré cette thématique, sans qu’elle ne passe nécessairement par les enfants, catégorie a priori proche d’une certaine innocence? Vous m’aviez offert une liste des plus beaux films sur l’enfance – je la garde précieusement!
    En dehors de Ford (autre liste par vos soins que je garde aussi sous le coude), Capra, McCarey…, bien entendu!
    Cela peut toucher à une esthétique fantastique par exemple.
    Le cinéma français et le fantastique, alliance rare et difficile…? N’est-ce-pas???
    Je comprends et partage à peu près votre ressenti devant tel Carné ou Autant-Lara fantastique!
    Continuez votre blog… Merci et à bientôt!

    • Bonjour Pierrot,
      Merci pour votre message, je suis content de vous revoir dans les parages.
      Rocco et ses frères, avec son personnage principal qui semble calqué sur L’idiot de Dostoïevski, répond d’une certaine façon à votre demande. Peut-être aussi certains des premiers films de Pagnol avec Fernandel: Angèle, La fille du puisatier. Jean-Claude Brisseau, également.
      Quant aux Démons à la porte et Jiang Wen, il semblent tombés dans l’oubli aussi vite qu’il furent encensés par des critiques exaltés.

      • Merci pour votre réponse rapide et pertinente!
        Très sensible à « Rocco et ses frères », l’un des plus beaux films de Visconti indubitablement!
        Il faudrait que je revois les films cités de Pagnol, vus il y a fort longtemps… mais cela me donne envie en effet!
        Je suis vraiment en accord avec vous sur le cinéma de Brisseau dont il me reste à découvrir plusieurs films. J’avais beaucoup aimé en particulier « Céline ».
        J’aimerais voir notamment « La Fille de nulle part », que vous jugez trop théorique, ne serait-ce pour le rapprochement avec « L’Aventure de Madame Muir », film cher à mon cœur.
        Dommage que ses derniers films ne soient globalement pas du tout à la hauteur… et en effet la polémique liée à l’auteur n’arrangera pas la visibilité de ce cinéaste « anachronique », comme vous disiez!
        Autre question et autre sujet : que pensez-vous des cinéastes engagés voire militants. Je sais que vous ne portez pas dans votre cœur l’œuvre de Ken Loach (« La preuve qu’un film médiocre peut avoir des conséquences sociales bien plus importantes que nombre de chefs d’oeuvre. » à propos de » Cathy come home »), dont j’ai regardé et plutôt apprécié sa deuxième palme d’or, une réussite il me semble, en dépit de « ses limites esthétiques et intellectuelles »… Nous savons bien par ailleurs que les films palmés ne sont pas nécessairement les films les plus audacieux ou ambitieux!
        Visconti étant un peu à part, Il est vrai que le néoréalisme a donné il me semble peu de réussites durables et quelques films trop encensés (certains films de De sIca dont « Le Voleur de bicyclette » pour ne rien dire de « Miracle à Milan », tout de même moins reconnus de nos jours). Ou dans la « comédie à l’italienne »?
        Le free cinema?
        Ou d’autres courants (sud-américain notamment)?
        Je suis particulièrement sensible à la trilogie d’Apu, mais cela dépasse la notion d’engagement au cinéma comme pour le cas de Chaplin bien évidemment!
        Un certain nombre de films américains, classiques ou moins connus, sans doute?
        Vous donnez envie de voir « La Ville gronde » de LeRoy!
        La notion d’engagement est sans doute à la fois trop simpliste et diffuse, je le crains et cela concerne tous les arts! Question sans doute trop théorique…
        A bientôt!

  2. Il y a beaucoup de films dits « engagés » que j’aime beaucoup lorsqu’ils ont un intérêt esthétique/dramaturgique: c’est le cas de grands films de Renoir, Becker et Grémillon, des Raisins de la colère, de certains films noirs américains des années 40 (signés Dassin ou Losey par exemple), de certaines comédies italiennes, de Rome ville ouverte (mais est-ce un film engagé que le film pro-résistance tourné après la libération?), des films de Mizoguchi sur les maisons closes, des Wellman du début des années 30, de certains films de propagande antinazie tant du côté américain que soviétique (Donskoï, surtout), de plusieurs films de Griffith dont certains sont chroniqués sur mon blog, des Chaplin qui sont bien sûr des films engagés ou alors cette notion n’a aucun sens (quel film plus « engagé » que Le dictateur?)…Le Free Cinema, par contre, je n’aime guère ce que j’en connais même si j’aime bien Lindsay Anderson en tant que critique. Vous savez ce que disait Truffaut sur le cinéma anglais? Eh bien même si ça lui vaut aujourd’hui des tombereaux de mépris, je suis globalement assez d’accord.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.