Flic ou voyou (Georges Lautner, 1979)

A Nice, un flic se sert d’une guerre des gangs pour appréhender le commanditaire de l’assassinat d’un ripou.

Quand on voit un film comme ça, un film qui repose essentiellement sur l’humiliation de méchants réduits à des silhouettes par Bébel (caricature de Jean-Paul Belmondo) dans des séquences aussi minables que grotesques, on en viendrait presque à tomber d’accord avec Jacques Lourcelles qui accuse Sergio Leone d’avoir abaissé le niveau du public. Mais, outre l’abîme en termes de qualité formelle, la différence est que les séquences d’humiliation chez Leone, notamment dans Le bon, la brute et le truand, sont insérées dans une dialectique infiniment plus large que l’outrancière mise en valeur de la star au détriment de tous les autres personnages. Les caricatures puériles (cf la scène d’amour qu’on croirait tout droit sortie des séquences parodiques du Magnifique) et la dérision audiardesque désamorcent systématiquement les enjeux dramatiques d’un récit quand même basé sur la corruption et la vengeance tout en explicitant bêtement le propos politique sous-jacent à cette histoire de lutte du héros solitaire contre les « pourris », transformant le polar censément divertissant en tract gentiment facho. C’est ainsi qu’au-delà de la médiocrité de la facture (Flic ou voyou est ennuyeux car mal raconté, mal joué, mal découpé, mal monté, mal fichu ainsi qu’en témoigne le ridicule de ses scènes d’action), il y a dans ce sous-produit une bassesse singulière, bassesse dont est dépourvu son modèle avoué, L’inspecteur Harry où l’amertume du ton est préférée à la démagogie ricanante.

5 commentaires sur “Flic ou voyou (Georges Lautner, 1979)

  1. Ce n’est pas un des meilleurs films avec Belmondo mais il vaut le coup d’être vu surtout en cette triste période.

  2. Haha, je me disais que j’aurais pas autant osé taper sur les policiers de Belmondo si j’avais posté mes retours en période d’hommage, mais je vois que ça ne t’arrête pas !

    Le seul Belmondo-Lautner que j’ai vu me semblait un peu plus solide/tenu que les Belmondo-Deray, mais oui, la manière dont tout on écrase tous les personnages alentours pour encenser la star crée vraiment des films grossiers et déplaisants…

    • Je suis suffisamment peu lu pour que mon avis sur ce film ne soit pas interprété comme une volonté polémique…J’ai moi-même voulu rendre hommage à une star qui m’est sympathique depuis l’enfance en découvrant Flic ou voyou, que je n’avais jamais vu…Mais,au fil des visions ou révisions, je me rends compte que « Bébel », c’est bien quand on a moins de 16 ans. Pas après. Peut-être Peur sur la ville, tient-il mieux la route que les autres mais j’ai un peu peur d’aller vérifier et préfère pour l’instant rester sur de bons souvenirs d’enfance.
      Par contre, j’ai revu il y a un an A bout de souffle et l’interprétation de Belmondo est clairement ce qu’il y a de plus mémorable et de plus révolutionnaire dans ce film de petit malin hyper surévalué.

      • Ha mais je sous-entendais aucune volonté polémique, juste une capacité à rester droit dans ses bottes ! Oui, pour l’avoir revu l’an passé, Belmondo dans « A bout de souffle » est solaire. Le film lui-même je ne saurais dire, je n’ai jamais eu beaucoup d’affection pour lui, même si j’y vois désormais davantage le côté libre et agréablement désinvolte (le film qui s’arrête sans prévenir pour un grand morceau de farniente dans la chambre de 20mn en plein milieu du film) que l’empilement de références et de clin d’œils fiers qui me fatiguait autrefois…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.