Pump up the volume (Allan Moyle, 1990)

Dans une ville américaine paumée, les discours du mystérieux animateur d’une radio pirate agitent la communauté lycéenne.

C’est un film intéressant. Derrière le « teen-movie », il y a une critique intelligente des valeurs WASP, le DJ étant une sorte de refoulé de l’Amérique profonde. Il est simplement dommage que son histoire individuelle, prometteuse, ne soit pas plus développée; ce qui réduit l’individu réduit à un symbole (c’est un peu le problème de la comédie pour ado des années 80, à commencer par Breakfast club). Pump up the volume demeure un film sympathique, avec jolie jeune fille et BO branchée, mais on peut regretter que la dramaturgie, certes habile, soit essentiellement subordonnée au propos politique.

Publicités