Le vagabond bien aimé (Kurt Bernhardt, 1936)

Un chanteur de rues rejeté par la famille de sa fiancée prend la route et rencontre une jeune accordéoniste…

Pas loin d’être complètement nul.

 

Publicités

Le tunnel (Kurt Bernhardt, 1933)

Tandis que son épouse se languit de lui, un ingénieur qui creuse un pont sous l’Atlantique est confronté à des sabotages…

Si le postulat peut sembler ahurissant, les ressorts dramatiques sont conventionnels  quoique vivifiés par le magnétisme du jeune Gabin et plaisamment enrobés par l’esthétisme sombre de Kurt Bernhardt.