L’année des treize lunes (Rainer Werner Fassbinder, 1978)

Les cinq derniers jours de la vie d’un transsexuel dépressif.

Ce film, c’est d’abord du je-m’en-foutisme plastique à tous les étages. Que ce soit en terme de lumière comme en terme de composition du cadre, il n’y a aucun travail sur l’image. Ce film, c’est ensuite un récit sacrifié à une critique sociale aussi légère qu’un manifeste de Georges Marchais. La narration est complètement dévitalisée à force de distance pseudo-brechtienne. Ce film, c’est enfin des moments forts bien que rares dans lesquels naît une certaine poésie du sordide. Ce film, c’est donc du Fassbinder pur jus.

Publicités