Le monde, la chair et le diable (Ranald MacDougall, 1959)

 

Un ouvrier noir resté coincé dans les égouts s’aperçoit lorsqu’il remonte à la surface que presque tout le monde est mort suite à une guerre nucléaire.

L’artifice de cet argument est à l’image de l’ensemble d’un film lourdement humaniste.

Publicités