La lumière (Yeelen, Souleymane Cissé, 1987)

L’odyssée d’un jeune homme au Mali qui a des pouvoirs magiques.

Les cadrages sont particulièrement beaux. Leur composition est soignée sans paraître forcée. Les paysages africains sont mis en valeur sans exotisme. Sorti de là, cette fable qui parle de malédiction et de sorcellerie est absconse. La narration passe essentiellement par des discours (extrême importance de la parole). Je ne saurais dire si le hiératisme des personnages est exagéré par le metteur en scène ou si c’est simplement le décalage culturel qui m’a fait trouver les comédiens excessivement statiques. A ce manque de clarté des enjeux dramatiques et à ce manque d’incarnation de l’action s’ajoute enfin un rythme particulièrement monotone. Ainsi, Yeelen m’a paru dénué d’intensité dramatique et m’a considérablement ennuyé.

Publicités