Bouge pas, meurs, ressuscite! (Vitali Kanevsky, 1989)

En 1947 près d’un goulag sibérien, les tribulations d’un gamin livré à lui-même.

Film naturaliste qui mise plus sur l’effet produit par le sordide des situations et l’esthétisme du joli filmage en noir et blanc que sur un scénario très ténu. Un film pour festival quoi.

Publicités