Courage fuyons (Yves Robert, 1979)

La vie d’un pleutre change le jour où il tombe amoureux d’une femme sublime.

Le générique dit qu’il s’agit d’un film d’Yves Robert et Jean-Louis Dabadie. Il dit vrai dans la mesure où le texte est l’essentiel du film. Courage fuyons s’apparente en effet aux romans filmés de Sacha Guitry. La narration avance essentiellement via une voix-off au ton délicieusement détaché. Les bons mots spirituels sont légion. Les piques contre les conformismes de tout poil font mouche. Il est cependant dommage que le scénario soit aussi paresseux. Comment une femme aussi admirable que Catherine Deneuve tombe t-elle amoureuse d’un tel tocard?? C’est une question qui n’est jamais effleurée par les auteurs et c’est une question pourtant primordiale. Aborder le désir des personnages dans le récit aurait éviter de les réduire à des symboles. Enfin, le cruel manque de dynamisme de la mise en scène achève de rendre Courage fuyons assez ennuyeux sur la longueur. Un semi-échec donc.