Le syndicat du crime 2 (John Woo, 1987)

Deux frères se retrouvent infiltrés dans la même triade.

Des rebondissements aussi stupides que chez Matarazzo assaisonnés d’une violence dix fois plus complaisante que chez Peckinpah au service d’une mièvrerie au-delà de l’incroyable. La musique insupportable achève de rendre tout ça hautement rébarbatif.