Fantomas (Jean Sacha, 1947)

La lutte entre Fantomas et la police à Paris.

Il faut de la fantaisie, de l’imagination, du style et/ou de l’humour pour rendre ces histoires ineptes de « génie du crime » un tant soit peu intéressantes. Tout cela fait cruellement défaut dans ce film terne réalisé par Jean Sacha. Cette version n’a d’autre intérêt que la prestation d’Alexandre Rignault en commissaire Juve. Quoique le film ne soit pas comique, son jeu est étonamment similaire à celui de Louis de Funès qui accèdera à la célébrité une quinzaine d’années plus tard en reprenant ce rôle. C’est à se demander si ce n’est pas conscient de la part des auteurs du remake.

Fantômas (Paul Fejos, 1932)

Cette version de Fantômas réalisée par l’auteur du fameux Solitude est plus proche de Feuillade que de Hunebelle. Le ton y est grave. Le style porte encore la marque du cinéma muet. La mise en scène de la première partie dans le château est particulièrement maîtrisée, passant en revue tous les trucs du genre de maison hantée (vent qui souffle, jeu sur le hors-champ, plans de poignées de porte…) dix ans avant Tourneur et Lewton. La suggestion horrifique n’est pas aussi aboutie que chez les auteurs de La féline mais c’est tout de même impressionnant. La jolie photographie met bien en valeur la bâtisse.

Par la suite, le film dévie vers une sorte de polar assez banal mais il y a le formidable personnage de Juve (Thomy Bourdelle), une des incarnations de la loi parmi les plus humaines, les plus acharnées et les plus colériques (mais pas au sens pitrerie de Funès hein) jamais vues sur un écran. Il faut le voir jurer pour s’en rendre compte, c’est rare mine de rien au cinéma les flics gagnés par la colère qui jurent après les gangsters qu’ils poursuivent ou après leur subordonné. Ca humanise le personnage et ça singularise un peu une oeuvre au scénario attendu.