Les croisades (Cecil B.DeMille, 1935)

Partant à la troisième croisade, Richard Coeur de Lion épouse la fille du roi de Navarre pour que son père fournisse de la nourriture à son armée.

Malgré d’impressionnantes séquences de batailles, l’écriture de ce film est foncièrement théâtrale. En plus de disposer du lyrisme spectaculaire et sacré propre à DeMille, Les croisades surprend agréablement avec ses scènes de comédie de remariage (rappelons que DeMille inventa le genre autour de 1918) et une belle hauteur de vue quant au conflit Chrétienté/Islam mais est desservi par le trop apparent carton-pâte des décors, l’absence de charisme de Henry Wilcoxon (qui joue Richard Coeur de Lion) et un découpage heurté, peinant à instaurer fluidité et naturel au récit d’une grande hétérogénéité.