Ludwig, requiem pour un roi vierge (Hans-Jürgen Syberberg, 1972)

L’histoire de Louis II, roi fou de Bavière et fou des arts à l’époque de la réunification de l’Allemagne.

Toiles peintes, artifices des éclairages, frontalité de la caméra, insertions d’images simili-documentaires…la mise en scène est un brouet « distanciateur » où seule la musique de Wagner largement utilisée empêche l’ennui total. De ce brouet émerge une vision sottement royaliste de l’Histoire (le roi un peu dingo mais écolo et proche du peuple contre les affidés de la modernité militaire, industrielle et cosmopolite de Bismarck).

L’année des treize lunes (Rainer Werner Fassbinder, 1978)

Les cinq derniers jours de la vie d’un transsexuel dépressif.

Ce film, c’est d’abord du je-m’en-foutisme plastique à tous les étages. Que ce soit en terme de lumière comme en terme de composition du cadre, il n’y a aucun travail sur l’image. Ce film, c’est ensuite un récit sacrifié à une critique sociale aussi légère qu’un manifeste de Georges Marchais. La narration est complètement dévitalisée à force de distance pseudo-brechtienne. Ce film, c’est enfin des moments forts bien que rares dans lesquels naît une certaine poésie du sordide. Ce film, c’est donc du Fassbinder pur jus.