Un cadeau pour le patron (Surprise package, Stanley Donen, 1960)

Un mafieux américain expulsé dans son pays d’origine, la Grèce, tente de voler la couronne d’un roi déchu.

Stanley Donen parvient à animer ses amusants croquis d’une vie véritable, notamment en peignant l’inculture de ses personnage avec une certaine tendresse. Sympathique et prestement rythmée, Surprise package est une bonne comédie policière à laquelle, toutefois, la couleur manque cruellement.

Ceux qui servent en mer (In Which We Serve, David Lean et Noel Coward, 1942)

Durant la Seconde guerre mondiale, un destroyer anglais est coulé. On revient sur l’engagement de chacun des survivants dans la marine…

Ceux qui servent en mer fut un projet soutenu en plus haut lieu (la famille royale visita le tournage)  et mis en oeuvre par le prestigieux dramaturge Noel Coward, brillamment secondé par David Lean. Ce n’est pas aussi académique que ce à quoi l’on pourrait s’attendre. Même si l’oeuvre n’en dit bien sûr pas aussi long sur la condition de marin en temps de guerre que, disons, The long voyage home, elle a autrement mieux vieilli que notre Bataille du rail, autre fameux film de propagande destiné à célébrer l’effort de guerre d’un peuple. Comme l’indique son sujet, Ceux qui servent en mer est composé de tranches de vie certes convenues mais suffisamment bien interprétées, écrites et mises en scène pour que cela humanise la grosse machine de propagande.