Martha…Martha (Sandrine Veysset, 2001)

La vie chaotique d’une femme à moitié folle, mère d’une petite fille et en couple avec un fripier.

Dépouillé de l’enveloppe de douceur qui permettait à Y aura t-il de la neige à Noël?  d’atteindre un équilibre miraculeux entre naturalisme et conte de fées, ce troisième film de Sandrine Veysset se vautre allègrement dans les déplaisants clichés propres aux héritiers dégénérés de Pialat: les personnages à l’image pissent, crachent, hurlent, se tapent la tête contre les murs.

Les quelques séquences oniriques, loin de compenser cette complaisance sordide, laissent perplexe quant au sens profond de ce qui, compte tenu de la faiblesse du récit, apparaît comme un salmigondis. Les cadrages moins précis que dans le premier film et, surtout, le montage bêtement fragmentaire dénotent un refus aussi volontariste que douteux du lyrisme (ainsi de la brutalité gratuite du raccord après le plan de la boite à musique).

Pourtant, Sandrine Veysset n’a pas perdu toutes ses qualités en cinq ans. En premier lieu, sa direction d’acteurs permet de maintenir une certaine justesse à l’intérieur des scènes. Rarement l’abnégation avait été jouée de façon aussi touchante que par Yann Goven dans le rôle du concubin. Parfois, un plan sublime vient illuminer la chronique; par exemple celui sur l’enfant endormie dans la camionnette. Dans ces instants, on regrette que la cinéaste semble se sentir obligée de brider ses propres élans de tendresse.

La reine des pommes (Valérie Donzelli, 2010)

Avec l’aide d’une amie, une jeune femme tente de surmonter un chagrin d’amour.

Premier film de l’actrice Valérie Donzelli, La reine des pommes se veut une comédie légère dans l’esprit de la Nouvelle Vague. C’est filmé en décors naturels, ça chante, ça danse, le scénario n’est pas très consistant. Seulement voilà, en fait de fraîcheur, le film s’avère assez faisandé. La faute à une mise en scène perpétuellement grossière qui réduit les personnages à des marionnettes.  Cette artificialité délibérée aurait pu être intéressante si Valérie Donzelli avait joué la carte du spectacle, à l’instar de Demy à qui on pense forcément. Malheureusement l’auteur n’a pas les moyens de ses ambitions: la photo est d’une affligeante laideur, les chansons sont médiocres, les gags faiblards et les quelques chorégraphies minables. Bref, un film à la fois faux et chiant.