Le village (M. Night Shyamalan, 2004)

Dans un village isolé, un jeune homme demande aux Anciens l’autorisation de traverser la forêt environnante réputée pleine de monstres pour aller chercher des médicaments…

L’idée de base est passionnante mais son développement narratif est alambiqué et repose sur l’esbroufe. La remarquable élégance formelle aide à supporter le visionnage de ce film terriblement creux.

Les copains d’abord (The Big Chill, Lawrence Kasdan, 1983)

Quinze ans après, des copains de fac se retrouvent pour un week-end à l’occasion de l’enterrement de l’un d’entre eux.

C’est évidemment l’occasion de revenir sur leur passé, de constater pour certains le décalage entre leur vie et leurs diverses aspirations d’étudiant…Les copains d’abord est un film de potes convenu et superficiel (les tubes 60’s balancés à tout bout de champ peinent à masquer la banalité de la mise en scène) mais bien écrit, bien joué et donc plaisant à regarder pourvu pour l’on soit sensible à la nostalgie propre au genre.